icarEnsemble & icarStudio /Meilleurs moments

icarensemble

Extrait Festival 3icar, 5 décembre 2015 Auditorium du CMA5, 18 rue de Pontoise, Paris


Festival de la Création et de l’Innovation 2015, avec le soutien de la SACEM, du CM5 de Paris, 5 décembre 2015, 4 créations mondiales, extraits.

Première partie

Particulier à l’Universelle, pour flûte et électronique en temps réel de Karan Salajegheh

Première expérience en cours avec l’électronique, le développement des hauteurs liées à la partition instrumentale fait écho au développement de la partie électronique et du contrôle de la synthèse additive en temps réel : l'intérieur d’une onde multipliée par plusieurs ondes sinusoïdales. Ce rapport donne aussi l’idée de la forme qui est un aller-retour vers une fréquence principale. La flûte et l'électronique s'échangent les rôles à un endroit où apparait l’accumulation de ce que la flûte a joué, comme l’impression du particulier à l’universelle. Cette œuvre est en cours de composition.

Karan Salajegheh,  né en Iran en 1987, à la suite de son bac Mathématique et Physique, il suit des études d’architecture à l’Université de Téhéran et ensuite de piano à l’Université des arts de Téhéran. Depuis septembre 2014, il est étudiant en cycle spécialisé  de composition instrumentale au CRR de Paris avec Edith Canat de Chizy, ainsi que dans la classe de composition-nouvelles technologies de Stéphane de Gérando, au conservatoire municipal du 5eme arrondissement de Paris.

Mitsumaru Akito a commencé son apprentissage de la flûte traversière à l’âge de 12 ans avec un professeur particulier au sud du Japon. Il a également étudié´ la formation musicale et la culture musicale au département musique de son lycée. Il a  ensuite intégré´ l'université´ "Tokyo University of the Arts (Geidai)" en 2009 où il a entamé sa dernière année de Master. Actuellement il poursuit ses études au CRR de Paris dans le cycle concertiste.

Etude pour flûte et Max, pour flûte et électronique en temps réel de Maximilian Scheer

Première expérience algorithmique de création d’une œuvre en temps réel, Etude pour flûte et Max est comme son nom l’indique une pièce issue d’une problématique : trouver une suite de calculs qui à partir de quelques chiffres en génère une infinité de nouveaux. Ce système obtenu d’abord sur papier avec uniquement des additions et soustractions a ensuite été transposé sur le logiciel Max/MSP. Afin d’apprendre à maîtriser ce logiciel j’ai ensuite développé le dispositif initial pour qu’il génère des hauteurs de sons en fonctions des chiffres obtenus, et sous forme de plusieurs « états » (variations de hauteurs plus ou moins grandes et régulières, rythme…) qui forment les mouvements de l’œuvre. Ces sons électroniques sont mis en relation avec une flûte traversière, dont la partition (hauteurs, rythmes, nuances, modes de jeu…) est elle aussi obtenue à l’aide du système initial. Soulignons que l’œuvre n’est jamais deux fois similaire, elle s’invente en temps réel par le biais du programme informatique.

Maximilian Scheer commence les études musicales à l’âge de 9 ans, en classe de flûte au conservatoire Jacques Ibert avec Mié Ogura-Ourkouzounov. Parallèlement il suit une scolarité franco-allemande et une licence d’Allemand-Lettres à la Sorbonne et depuis 2013 une licence de musique. Son intérêt pour la composition musicale est soutenu par des cours d’écriture avec Michèle Droulez et de composition – nouvelles technologies et orchestration avec Stéphane de Gérando. Depuis 2015 il a intégré la filière de composition de musique à l’image du conservatoire de Levallois.

Hatsuki Kawakami est née au Japon (Saitama). Elle apprend le piano des l’âge de quatre ans, puis la flûte à partir de douze ans. Elle est diplômée dans la classe de Michio KAI. En 2014 elle est venue en France. Elle étudie au conservatoire Jacques IBERT dans la classe de Mié OURKOUZOUNOV (flûte), de Emmanuel JEAGER et Frédéric LAGARDE (musique de chambre).

Etude, pour contrebasse et électronique en temps réel de Nicolas Roulive

Cette première composition pour instrument et électronique en temps réel se conçoit autour de l’idée du balayage d’harmoniques. Ce mode de jeu particulier symbolise un voyage entre des sons fondamentaux et les harmoniques du spectre. L'électronique est imaginée en imitation à cette technique, suivant un glissando de fréquence ascendant, ensuite repris par un glissando joué à l'instrument qui se termine par un glissement entre sons réels et sons inharmoniques, le but étant de voyager à l’image d'illusion auditive, pour finalement revenir à un point commun.

Nicolas Roulive, né en Belgique en 1989, commence l'étude du piano à 11 ans. Obtient un bachelor en piano au conservatoire royal de Mons en 2010. Il débute ensuite l’étude de la composition instrumentale avec Eric Tanguy au conservatoire municipal du 12eme arrondissement de Paris. Il obtient en avril 2013 le 1er prix du concours de composition du conservatoire du 15eme arrondissement de Paris. Depuis septembre 2014, il poursuit un cursus de DEM en composition instrumentale au CRR de Paris avec Edith Canat de Chizy, et intègre dans ce cadre la classe de composition - nouvelles technologies de Stéphane de Gérando au conservatoire municipal du 5eme arrondissement de Paris. Il poursuit en parallèle un DEM de piano au CRD de Montreuil auprès de Gwendal Giguelay et un DEM d’orchestration au CRR de Paris avec Anthony Girard.

Maeva Grunwald–Rodes est née le 16 octobre 1992 à Orsay, et grandit à Marseille. Maeva s’initie au piano dés l’âge de 8 ans et se produit d’abord aux synthétiseurs au sein d’un groupe de rock et de metal. Maeva découvre le jazz à 16 ans au conservatoire d’Istres et se consacre ensuite à la préparation de grandes écoles (hypokhagne, khagne). Dés son arrivée à Paris, après avoir écouté Ron Carter, Maeva débute la contrebasse. Elle étudie actuellement aux conservatoires municipaux des 5eme et 11eme arrondissements de Paris, respectivement auprès de Christian Gentet, Jean Chaudron et Eric Barret.

Seconde partie

Sens en l’étrange passage
Cycle 7 du Labyrinthe du temps

Stéphane de Gérando

Avec la collaboration

danse, Damien Dreux,
percussions, Thierry Le Cacheux,
théâtre, Stéphanie Farison,
cor, Emmanuel Padieu 

Interprètes
Joseph Mosnier, cor
Jules Bisson, comédien
Raphaelle de la Bouillerie, comédienne
Loic Carcasses, comédien
Axel Perin, comédien
Damien Salam, comédien
Padrig Vion, comédien
Emmanuel Meyer, comédien
Marc Olivier Cattacin, percussions
Hadrien Delapame, percussions
Léonard Vanderhaegen, percussions
Classe de danse contemporaine

Régie générale
et régie lumière
Frédéric Lemaitre

La globalité de cette œuvre en développement permanent se présente comme une installation qui dure actuellement plus d’une semaine, immersion dans une forêt d’images (plus de 50 000 images de synthèse), tableaux virtuels, projections sonores spatialisées, sculptures numériques, performances, théâtre et danse, concerts, l‘œuvre est un voyage labyrinthique dans l’espace-temps de nos mémoires, interrogeant les notions archétypales de cohérence, de signification ou d’émotion.

Plus encore, le Labyrinthe s’ouvre sur l’idée pédagogique de transmission, continuum intergénérationnel, de la petite enfance à des hauts niveaux de spécialisation professionnelle (collaborations CNRS, CEA, universités, grandes écoles, conservatoires, écoles d’art...).

Illusions chaotiques, pertes d’ « information », recomposition, fragmentations jusqu’à l’oubli des origines..., nous engageons le travail du cycle 7 vers une extrême contraction de l’espace-temps, contraction déjà amorcée dans les cycles précédents.

Outre un sentiment d’absence voir d’incohérence, le labyrinthe s’ouvre sur des dimensions cachées et enchevêtrées. Le son d’un jeune corniste fait alors écho à son double suivi et harmonisé en temps réel par l’ordinateur selon des principes d’analyse du matériau (cristaux) à l’échelle atomique (ensembles homométriques), la fragmentation d’un texte théâtral surgit des archétypes de la langue (Locquin), les mouvements (danse et théâtre) sont réglés par des processus et trajectoires imaginaires tirés de l’analyse 3D des images du Labyrinthe, un satellite recompose la matrice d’un objet, percussions et danses se croisent indépendamment...



icarensemble

Les compositeur(e)s lors du Festival 3icar 2014... (cf. texte de présentation et vidéo)

Festival de la Création et de l’Innovation 2014, avec le soutien de la SACEM, du CM XIXe de Paris.

Lors de cette édition du Festival, des jeunes compositeurs présentent des créations ou projets en cours d’écriture ; Astrid Clet, Par le bout du son, Kaori Tsutsui, Ys Luca Gaigher, Una nascita potente Sylvain Diciolla, Salomé Amaury Duret, Négatifs Catherine Simonet, in Betweenn Maximilien Scheer, Kein Fehler im System.

Présentation par les compositeur(e)s des œuvres et projets en cours d'écriture
Festival 3icar 2014

Par ailleurs nous assistons le 4 décembre 2014 à Paris à la création mondiale des Portes du Labyrinthe, pour comédien, vidéo et projection du son 5.1 de Stéphane de Gérando :

Lopédegla Théâtre seul (41 sec.), L’enfer de la porte : Refen, Constriction II, Glaçopé, Musique et théâtre (4min49, en trois parties),  Le Théâtre du labyrinthe Vidéo (texte seul) (5min59), Blue Flash Vidéo (images seules) /tableau virtuel (1min), La Mique III Théâtre et musique (2min45), Memory entropic thresold Vidéo (avec musique), (14min30s),  Portes en enfer Musique seule, (3min31).   

Ce cycle 5 est extrait d’une œuvre beaucoup plus vaste intitulée Le Labyrinthe du temps, œuvre en développement permanent qui dure actuellement plus d’une semaine, immersion dans des forêts d’images de synthèse, tableaux virtuels, sculptures numériques, performances poly-artistiques et technologiques associant musique, danses, théâtres, vidéos, concerts, projections monumentales, ouvrages numériques etc...  L’univers créé est poly-sensoriel, protéiforme et multi-support, allant jusqu’à prévoir des réalisations labyrinthiques éclatées aux quatre coins de la planète et reliées par réseau. Par ailleurs, Le Labyrinthe du temps nous renvoie simultanément ou séquentiellement à une diversité d’expériences qui interrogent les multiples dimensions de l'espace /temps et de la mémoire. Il ne s’agit pas ici d’une superposition des pratiques artistiques, mais bien d’une tentative d’imbrication, la notion de langage ou de métalangage étant en jeu, comme pour mieux échapper au pouvoir du signe. Constituée de cycles et de satellites, œuvres entrelacées du microcosme au macrocosme du Labyrinthe, cette mémoire du matériau prolifère jusqu’à l’oubli, entre chaos et déterminisme, recherche des origines, questions mythiques ou antécognitives. Dans un mouvement imprévisible d’expansion /contraction, le matériau de l’œuvre poursuit actuellement une existence qui le conduira simultanément vers un développement infini tout comme vers sa propre fin, l’effondrement du Labyrinthe. Après un travail spécifique avec Corinne Hurtu, danseuse contemporaine (écriture du mouvement en relation avec le Labyrinthe), puis la création de l’Opéra de glace à la Cité de la Musique à Paris (avec électronique et vidéo) ou d’Introït, avec orchestre, chœur et électronique, nous poursuivons dans ce cycle une relation plus approfondie avec le théâtre, grâce à Emmanuel Meyer. Si l’invention du Labyrinthe va jusqu’à une forme de restructuration du langage à partir de phonèmes archétypaux répertoriés par Locquin comme nous allons l’entendre, le comédien est aujourd’hui exposé, de par la recherche menée, à une écriture théâtrale qui se complexifie toujours plus, les 50 000 images du Labyrinthe nous renvoyant à des écritures polymorphiques. En effet, en lien avec les images, la musique et la danse du Labyrinthe,  il s’agit par exemple pour l’acteur d’interpréter simultanément le « quadruplement » d’une personnalité, partition à plusieurs voix rythmiques indépendantes : les déplacements du comédien sur scène sont calculés selon des trajectoires et objets imaginaires, les postures corporelles et les transitions dépendent aussi de l’analyse du Labyrinthe et d’images prototypiques, le rythme du texte ou agogique est associé à la structure du Labyrinthe, les nuances du texte forment un autre personnage indépendant mais aussi toujours dépendant du Labyrinthe etc.... partitions corporelles et textuelles formant ce diptyque polymorphique particulièrement complexe et virtuose à interpréter. Lors de cette création, Emmanuel Meyer a choisi de se concentrer sur la partition textuelle. Il interprètera l’ensemble des paramètres du Labyrinthe, partitions textuelles et corporelles, lors de la première représentation du Grand Cycle qui sera créé en France en 2015-2016. Outre les créations engagées avec des partenaires institutionnels, les derniers développements du Labyrinthe du temps nous renvoient à une série de collaborations scientifiques en cours, avec des chercheurs du Centre à l’Energie Atomique (CEA), du Centre  National de la Recherche Scientifique (CNRS), de l’Observatoire d’Astrophysique de Strasbourg et de l’Institut de Recherche Mathématique Avancée. Des questions d’écriture sont en jeux, tout comme des questions artistiques ayant des répercussions pédagogiques, des classes d’éveil à des pratiques professionnelles novatrices.

Stéphane de Gérando est professeur de composition - nouvelles technologies au conservatoire du 19e arrondissement de Paris.  Emmanuel Meyer est un ancien élève en art dramatique du CM 19. Il continue aujourd’hui à développer les problématiques d’interprétation du Labyrinthe, en parallèle avec des études de droit qu’il mène à Paris I.

Création des Portes du labyrinthe

Cycle 5 du Labyrinthe du temps de Stéphane de Gérando

Homometric attrators n°2

de Stéphane de Gérando, création le 16 décembre 2014



icarensemble

Création mondiale Du métal allumé de mon crâne...

Festival de la Création et de l’Innovation 2013, avec le soutien de la SACEM, du CM XIXe de Paris.

3icar poursuit sa collaboration privilégiée avec Stéphane de Gérando, dans le cadre d'une double recherche artistique et scientifique de nature poly-artistique et technologique : création lors du Festival notamment le 28 novembre 2013 à 20h à l'Auditorium du CM XIX de Métal allumé de mon crâne pour vidéo, musique, danse et théâtre avec Clara Mary, Jeanne Favre, Maëlys Nkobetchou, Emmanuel Meyer. Ce Festival a été l'occasion d'une présentation du travail artistique de deux jeunes compositeurs, Amaury Duret (Cantus) et Samy Noirot (Etude concrète). Outre le programme de création, cette nouvelle édition du Festival symbolise un premier bilan d'une action pédagogique engagée avec de nombreuses classes du CM XIX depuis 2011 (danse, orchestre, chant, choral, formation musicale, théâtre, analyse, écriture) avec en 2014 la volonté de créer un lien fort entre le Festival 3icar et la classe de composition nouvelles technologies du conservatoire, grâce au soutien de 3icar. Le programme prévisionnelle de cette formation est déjà sur internet.

Memory Entropic Threshold

Extrait de Métal Allumé de mon Crâne de Stéphane de Gérando


5


Création mondiale du Cercle de la sphère

Festival de la création et de l'innovation 2012, avec le soutien de la SACEM, des éditions l'Harmattan et Inactuelles, du conservatoire municipal du XIX arr. de Paris et de la ville de Paris.

Communiqué de presse : fichier PDF en téléchargement
Programme : PDF
Invitation 3icar : PDF

Pour sa deuxième année consécutive après les Festivals à Bordeaux et Toulouse, le Festival 3icar poursuit son implantation progressive à Paris, avec notamment le soutien du conservatoire municipal du XIXème arrondissement de Paris.

Deux jeunes compositeurs et un comédien sont à l'honneur cette année, Christophe Arfan, Daniel Campbell et Emmanuel Meyer (comédien).

Christophe Arfan réalise un travail microtonal dans son œuvre intitulée Kinesis ou κiνησις, du grec ancien kinéô, verbe impliquant une notion de mouvement appliquée ici à la composition musicale, mais plus encore mouvement de l'âme, agitation, trouble, soulèvement... Ce titre nous renvoie aux fondements d'une culture commune éclairée à sa manière par un musicien qui mène un triple cursus de haut niveau : musical, philosophique et juridique.

Daniel Campbell, de nationalité canadienne, poursuit des études musicales depuis 2009 en France. Il est notamment intéressé par l'utilisation des nouvelles technologies. Pour Musique pour cordes, flûte, synthèse II créée dans le cadre du Festival, il a programmé un "patch" MAX lui permettant à la fois une analyse resynthèse, le tout étant associé en temps réel à l'interprétation d'une partie instrumentale. C'est ici l'expérience du timbre comme fondement d'un espace-temps qui engendre la forme globale de l'œuvre.

Par ailleurs, 3icar soutien l'œuvre de Stéphane de Gérando, avec deux créations cette année : Le cercle de la sphère et Introït.

Le cercle de la sphère créé le jeudi 6 et repris le samedi 8 décembre 2012 est une œuvre pour acteur et vidéo faisant partie d’un cycle plus vaste en cours développement permanent intitulé Le labyrinthe du temps. Pour ce projet d’ « art total », création d’un métalangage poly-sensoriel, à la fois technologique et poly-artistique, Stéphane de Gérando a composé à la fois les images et les sons de synthèse, le texte, la scénographie et des éléments d’interprétation du jeu de l’acteur (nuance et agogique).

La recherche théâtrale réalisée avec Emmanuel Meyer, propose dans Le cercle de la sphère une interprétation polymorphe inspirée de la vidéo, sorte de « dé-triplement » d’une personnalité : l’acteur joue l’espace indépendamment de son texte qui raconte une autre histoire, alors même que les nuances structurent une troisième partition !  Que devient la mémoire lorsque que deux « objets » qui paraissent si différents, l’un théâtral (premier mouvement), l’autre multimédia (deuxième mouvement) sont juxtaposés alors qu’ils entretiennent des liens organiques ? Les concepts de hasard et de déterminisme sont au centre du projet d’écriture ; hasard des rencontres, émotions imprévisibles, trajectoires inévitables ou fatalité existentielle.  Le labyrinthe est alors l’expression de cette mémoire présente ou absente, jeu d’association ou de juxtaposition entre l’image, le son, le théâtre, la danse… 

Bande annonce : extrait du Cercle de la sphère de Stéphane de Gérando

En ce qui concerne Introït, œuvre pour soliste, chœurs d'enfants, orchestre et meta-orchestre virtuel (ordinateur), les instruments acoustiques joués en direct prolongent comme un mirage le jeu d’un soliste imaginaire, sorte de meta-orchestre spatialisé en 6.1  (diffusion d’une bande son à partir de l'ordinateur); illusion d'un dédoublement, mise en abîme sonore, comme la création d'un relief, un passage "imagé" d'une deuxième à une troisième dimension. L'œuvre a été composée pour être jouée dans une église, mouvement de Requiem for a child et nouveau satellite du labyrinthe.

Bande annonce, extrait d'Introït de Stéphane de Gérando, partie virtuelle

Par ailleurs, les éditions l’Harmattan invite Stéphane de Gérando pour la sortie de ses deux derniers ouvrages – L’œuvre musicale à l’épreuve du concept et Dialogues imaginaires ouvrage accompagné d’un disque monographique en collaboration avec Radio-France, MFA, 3icar et la SACEM (19 janvier 2013, espace l’Harmattan Paris 5ème).
Dans un cadre plus pédagogique, 3icar interviendra pour les classes de formation musicale du conservatoire municipal du XIXème arrondissement, le jeudi 6 décembre à 18h30.

Vous trouverez toute information complémentaire sur le site de Stéphane de Gérando ou autres (extraits d'œuvres, publications...) :

http://degerando.com

http://fr.wikipedia.org/wiki/Stéphane_de_Gérando


gerando

Le labyrinthe du temps,
création mondiale du Satellite 2

Festival de la Création et de l’Innovation 2011, avec le soutien de la SACEM, du CM XIXe de Paris, de la fondation EDF, de la cité de la musique à PAris, concert en faveur du Téléthon.

Le 25 novembre 2011
L'opéra de glace
Stéphane de Gérando
Cité de la Musique Paris
Version 2011 pour choeur d'enfants, choeur d'adolescents, 2 mezzo sopranos, récitant, ordinateur, vidéo et traitement temps réel.
Mixage 5.1 (diffusion Protools)
Vidéo HD
Direction : Michael Cousteau
Solistes :
Hata Shigeko, mezzo-soprano
Marion Sicre, mezzo-soprano
Emmanuel Meyer, acteur
Ingénieur du son, Fredéric Prin
Equipes techniques de la cité de la musique (vidéo, lumière, régis)
CM XIXe, responsable : Stéphane Schmidt
Conservatoire Municipal du XIXe arrondissement de Paris
Choeurs des classes de chorales de 3e année de Julie Safier et Monique Lahjaily, des élèves de la classe de chant lyrique de Michel Fockenoy et des élevés de la filière vocale de Florence Godfroy et Edwin Baudo.
Chef de choeur : Edwin Baudo

Le 16 décembre 2011 à 20h30
Conservatoire Municipale du XIXe
Première partie : présentation des oeuvres ou travaux en cours des compositeurs
Christophe Arfan, Daniel Cambel, Pierre Kossowski, In Young Park, Florent Turpin,
Marielle Cafafa - orchestration
Deuxième partie : présentation et création mondiale du satellite 2 du "Labyrinthe du temps"
Oeuvre multimédia avec danseuse, acteur, soprano, vidéo et ordinateur de Stéphane de Gérando
Danseuse contemporaine - Corinne Hurtu, Soprano - Mayuko Yasuda, Acteur - Emmanuel Meyer
Technologie 3icar CM XIX.
Avec le soutien de la SACEM.

Le 17 décembre 2011 à 14h
CM XIX de Paris
Happening électroacoustique : extraits d'oeuvres de Risset, Bosseur, Roads, de Gérando


a

Grande nef du musée les abattoirs
(photo du musée)

Festival de la Création et de l’Innovation 2008 : de l’écriture du son à l’œuvre multimédia, en partenariat avec la SACEM et le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Toulouse - projection d'oeuvres monumentales

Avec le soutien de la SACEM, cette 3ème édition du festival 3icar au musée propose un double programme en réponse à la thématique du lien entre son et image ou imaginaire de l’œuvre.
La création est l’objet de toutes les métamorphoses, du son acoustique à la synthèse numérique, de l’appréhension de formes concrètes à la question de l’abstraction. Outre des créations et des œuvres de Jean-Claude Risset, d’Alain Bancquart, d’Elliott Carter, de Giacinto Scelsi, de Luciano Berio, d’Edison Denissov…, avec notamment un récital d'Aurélien Cescousse, musicien de l'icarEnsemble, nous poursuivons notre collaboration avec Stéphane de Gérando, compositeur, chercheur, artiste multimédia travaillant sur le concept de tableaux virtuels temps réel /temps différé, avec la projection d’œuvres monumentales dans la grande nef du musée.


Samedi 6 décembre 2008 à partir de 15h
Dimanche 7 décembre 2008 à partir de 14h15


Informations:

Programme

a

Festival de l'Innovation et de la Création 2008 en partenariat avec la SACEM, le Musée d'Aquitaine, le collège Aliénor d'Aquitaine, la société ARIETEC, le CNRB et avec le soutien de l'état (Commande d'Etat) : création de L'opéra de glace de Stéphane de Gérando, opéra électronique avec choeur, sons et images de synthèse

Interventions pédagogiques du compositeur de novembre 2007 à juin 2008, classes de Madame Grauwet, professeur en charge des classes CHAM et CHAD, chef de choeur
5 juin 2008 à 19h : concert sous la direction du compositeur
6 juin 2008 : 3 représentations pédagogiques
Enregistrement de l'oeuvre au Musée d'Aquitaine

Création d'un DVD (15 euros) et d'un CD (10 euros) du concert édité par icarEditions avec la participation des élèves (juin 2008) : commande 3icar@3icar.com

Vidéo :


Vidéo de la création de l'opéra


a

Festival de l'Innovation et de la Création 2008 et La nuit des musées, 17 mai 2008, 3icar au Musée d'Aquitaine, en partenariat avec le musée et la SACEM

"Pendant la durée de l'événement, un concert de musique contemporaine illustrera cette soirée dédiée à la couleur. Il sera donné dans l'auditorium par 3icar, dirigée par Stéphane de Gérando, compositeur et chef d'orchestre. La soirée commence à 20h pour se terminer tard dans la nuit.... avec des débats entre l'artiste peintre, le compositeur et le public.

Blue bird 10' icarEditions (2007) : oeuvre multimédia
Binaurale 15' icarEditions (2007) : version multimédia, visuel à partir d'une peinture de Pierre Chaveau éclairée par une combinaison de couleurs primaires.
L'opéra de glace (création 2008) : version sons et images de synthèse"




Festival de l'Innovation et de la Création 2007, en partenariat avec le musée d'Art Moderne et Contemporain de Toulouse, la SACEM et le soutien de Tastet Lawton

Grâce aux partenariats avec le Musée les Abattoirs de Toulouse, la SACEM et le soutien de Tastet-Lawton, le second Festival de l’Innovation et de la Création organisé par l’Institut International pour l’Innovation, la Création Artistique et la Recherche (3icar) a lieu le samedi 13 octobre 2007 au Musée les Abattoirs de Toulouse.
Trois moments viennent ponctuer ce festival, un parcours musical contemporain au sein du musée à 14h30, à 15h, une conférence en avant-première sur une œuvre multimédia temps réel et interactive (image et son) et un concert à 16h avec Carine Dupré, flûtiste, Aurélien Cescousse, clarinettiste et les techniques informatiques de l'icarStudio.
L’icarEnsemble présente plus d’une dizaine d’œuvres dont deux créations mondiales, une œuvre pour clarinette mib d’Alain Bancquart, Contrefable d’Ariane et 6ex1pen7sion4, œuvre de Stéphane de Gérando, pour clarinette basse et électronique temps réel.
C’est un privilège pour l’icarEnsemble de pouvoir entretenir un lien avec une personnalité aussi forte qu’Alain Bancquart. Contrefable d’Ariane, œuvre à la fois dense et extrêmement physique est, à l’image de la personnalité du compositeur, une expression de vérité. Le compositeur est prochainement invité aux Etats-Unis pour une série de conférences à Harvard et poursuit l'écriture d'un cycle sur des poèmes de Marie-Claire Bancquart.
La version pour clarinette basse et électronique de Stéphane de Gérando est née d’une collaboration avec Aurélien Cescousse, clarinettiste de l’icarEnsemble. L’extrême virtuosité de la partition associée au contrôle de l’électronique demande à l’interprète de lire l’œuvre à partir d’une partition virtuelle, concept développé actuellement par l’icarEnsemble. Du même compositeur, « CA » – Creative Algorithm - est à la fois une œuvre et un projet de recherche associant le contrôle temps réel de l’image et du son, dans le cadre à terme de l’invention de mondes virtuels poly-sensoriels interactifs et créatifs ayant pour objectif des installations monumentales ou des immersions singulières et personnalisées. Stéphane de Gérando prépare actuellement un disque monographique en partenariat avec Radio-France et dirigera prochainement les cuivres et percussions de l'Orchestre Philharmonique pour l'enregistrement de son oeuvre Katanga - commande de la Radio.


Vidéos :

IMPORTANT :
Pour éviter une lecture fragmentée sur certains réseaux, double cliquer sur le titre et laisser la vidéo se charger une fois entièrement, attendre le retour automatique au début puis déclencher la lecture.

. Extraits : parcours musical dans le musée.
. Contrefable d’Ariane, d'Alain Bancquart, pour clarinette mib, création mondiale, Aurélien Cescousse, clarinette mib.
. CA, creative algorithm, oeuvre temps réel, extrait de la conférence de Stéphane de Gérando.
. Japenese Garden, pour flûte et bande de Doina Rotaru, Carine Dupré, flûte traversière.
. 6ex1pen7sion4, pour clarinette basse et électronique temps réel de Stéphane de Gérando, Aurélien Cescousse, clarinette basse.

Photos :

Diaporama de l'événement

Documents divers :

Programme (Fichier PDF)


icarensemble

Evénement dans le grand hall du Musée d'Aquitaine, soirée "Innovation - création", avec la projection monumentale d'oeuvres multimédias, jeudi 21 juin 2007

Dans le cadre du partenariat avec le Musée d'Aquitaine, avec le soutien de la SACEM et de Tastet-Lawton, ce jeudi 21 juin 2007 fête de la musique, 3icar propose une soirée (20h-23h) consacrée à la création et l'innovation en organisant un événement à l'extérieur et à l'intérieur du grand hall du musée. Le dispositif de diffusion monumentale spatialisée comporte 6 enceintes et 2 enceintes extérieures, 3 vidéo-projections simultanées, le tout contrôlé par ordinateur avec la technique icarStudio.

La volonté des partenaires est de décloisonner la création en offrant au public la possibilité de découvrir un nouveau répertoire dans des conditions d’écoute spectaculaire. La confrontation d'un lieu chargé d’histoire avec une invention inscrite dans son temps trouve alorsdes points de convergence synchronique.

Cette soirée comporte trois créations mondiales de Stéphane de Gérando, sixEXonePENsevenSIONfour, dans une version pour flûte piccolo solo - Carine Dupré - et clarinette basse solo - Aurélien Cescousse - faisant partie d'un cycle en cours d'écriture dont la première version a été créée à Paris en juin 2006 par l'ensemble 2E2M. La création du premier fragment de Blue Bird du même compositeur, oeuvre pour sons et images de synthèse, vient conclure l'événement. Entre ces oeuvres, un diaporama illustre une introduction à la musique du XXe siècle suivie de la diffusion d’une œuvre multimédia du compositeur américain Curtis Roads et O'Reilly, Point line cloud.


Vidéos :


3icar au Musée d'aquitaine (extraits)

Bue bird, extrait sur le site de Gérando


Photos :


Diaporama de l'événement



icarensemble

Concert - conférence Le sacré et la création musicale contemporaine, en partenariat avec le musée d'Aquitaine, dimanche 4 février 2007

Artiste peintre invité, Pierre Chaveau propose d'éclairer à sa manière ce nouveau concert - conférence de l'icarEnsemble sur le thème du Sacré. La création mondiale de Binaurale version multimédia, oeuvre réalisée en collaboration avec l'icarStudio, introduit et conclut ce concert. La particularité du dispositif est la présence d’un geste traditionnel (peinture), modifié dans sa forme par une projection de lumière (partition lumière), elle-même prolongée par l’image et le son de synthèse (vidéo projection). Des oeuvres de Messiaen - Alexandra Nemirovska, piano -, Carter - Marie-Laure Hayotte-Rayer, flûte et Aurélien Cescousse clarinette - et Risset viennent illustrées la thématique du Sacré grâce à une présentation analytique des membres de l'icarEnsemble.


Vidéos :


Quelques images "sur le vif"


Photos :


Diaporama du concert
Diaporama Pierre Chaveau, artiste peintre
Diaporama Pierre Chaveau en action


Documents :


Programme du concert
Affiche du concert

icarensemble

Premier concert - conférence Création musicale contemporaine et écriture du corps (exposition Mémoire de corps), en partenariat avec le musée d'Aquitaine, dimanche 5 novembre 2006

3icar - l’icarEnsemble et l’icarStudio - proposent le premier concert - conférence d’un cycle de six évènements réalisés en partenariat avec le musée d’Aquitaine lors de la saison 2006-2007. Ce cycle est aussi réalisé en relation avec le Collège Aliénor d’Aquitaine (Bordeaux). La première séance a donné lieu à une rencontre pédagogique avec de jeunes musiciens et danseurs des classes de 3e sous la responsabilité de Madame Grauwet, Professeur d’Education Musicale. Pour le concert du 5 novembre au musée, les œuvres jouées par l’icarEnsemble, avec ou sans électronique, ont été choisies dans la perspective d’un échange vivant et «interactif» avec le public sur le thème du corps et de son écriture musicale.


Vidéos :


Quelques images "sur le vif"


Photos :


Diaporama du concert


Documents :


Programme du concert
Affiche du concert
Réaction d'élèves au concert (fichier pdf)

icarensemble

Premier Festival de l'Innovation et de la Création, en partenariat avec le musée d'Art Moderne et Contemporain de Toulouse, 13 au 15 octobre 2006

Ce premier Festival de l’Innovation et de la Création organisé par 3icar en partenariat avec les Abattoirs souhaite être un lieu de vie, de partage, de rencontre, de transmission des savoirs, ponctué par différents échanges avec des jeunes musiciens de collèges et lycées de Toulouse et l’icarEnsemble, par l’écoute des œuvres et des compositeurs ou par la participation à des conférences sur le thème de la création musicale contemporaine réplacée dans un contexte artistique et intellectuel plus général.


Vidéos :


6ex1pen7sion4 - Fragment 3, Stéphane de Gérando (durée : 7'21)

Bande-annonce de la pièce 6ex1pen7sion (durée : 2'08)
Alain Bancquart : rencontre avec un compositeur, une oeuvre (durée : 60')
Rencontre pédagogique avec les jeunes (durée : 5'43)
Bande-annonce du Festival (durée : 1'10)


Audio :


Rencontre avec de jeunes musiciens et l’ensemble 3icar (durée : 5')


Photos :


Diaporama du festival

Diaporama, Paroles d'élèves


Documents :


Programme du Festival (1)

Programme du Festival (2)

Programme détaillé (fichier pdf)
Affiche du festival
Extrait de la partition 6ex1pen7sion4 (ficher pdf)
Réaction d'élèves à la conférence et au concert (fichier pdf)



Liens | Administration | ©2017 3icar